Recherche simple

Recherche assistée


Chronologie

Cartographie

Index des lieux


Références consultées

En savoir plus

Mentions légales

Retour en haut de page

Saint-Chéron

Chapitre séculier - Fiche à valider

Informations générales

Saint Chéron, évangélisateur supposé de la Beauce du IVe siècle, aurait été enterré dans la principale nécropole extra muros sur une colline de l'autre côté de l'Eure. Une basilique fut certainement bâtie sur son corps saint. Un abbé, certainement séculier, est attesté en ce lieu en 949 et dans la seconde moitié du Xe siècle. L'abbé Graulfus est suffisamment important pour apparaître, parmi les témoins d'une charte de l'évêque de Chartres, immédiatement après l'archevêque de Sens et devant les dignitaires du chapitre cathédral, loin devant d'autres évêques. Le chapitre cathédral reçoit le patronage de l'abbatiat sous l'évêque Eudes (968- vers 1003). Au XIe siècle, le chef de la communauté porte le titre de prévôt. Dès lors que le lieu a le chapitre cathédral pour patron, les abbés et les prévôts connus sont aussi chanoines de Notre-Dame. La collégiale est régularisée entre 1130 et 1149 par l'évêque et devient une abbaye augustine. Entre 1136 et 1139, il est question de "Thibaud prêtre de St-Chéron" témoin d'une charte épiscopale après l'abbé de St-Jean-en-Vallée. On peut entendre ce mot comme l'équivalent de curé.

L'église est détruite en 1794. Un Petit-Séminaire avec sa chapelle est bâti à l'emplacement au XIXe s., remplacé aujourd'hui par le lycée public Saint-Fulbert et la maison diocésaine du clergé

Frise chronologique

Localisation

Localisation administrative actuelle

  • Chartres (Eure-et-Loir, France)

Géographie religieuse médiévale

  • Diocèse de Chartres (province ecclésiastique de Sens)

Chronologie Les évènements concernant la chronologie sont en bleu dans la frise

  • Attestation entre 1006 et 1130

Transformations de l'établissement

Transformation de l'institution Les informations concernant les transformations sont en vert sombre dans la frise

État du chapitre

  • Chapitre séculier (communauté masculine) entre circa 960 et circa 1100

Effectifs

Chanoines et dignitaires Les informations concernant les chanoines et dignitaires sont en rouge sombre dans la frise

  • 1 abbé entre 949 et 968

    Dans l'obituaire de la cathédrale, Graulfus, abbé de St-Chéron, a son obit. "Graulfus abbas Sancti Carauni" appose son signum dans une charte épiscopale de 949. Heirveus a un obit sous la fonction de "très noble abbé de St-Chéron et chanoine de Notre-Dame", Balduinus a le sien comme "diacre et chanoine de Notre-Dame, abbé de St-Chéron et de St-Martin[-en-Val]". L'obit du chevalier Witgerus indique qu'il a été financé par le don fait aux chanoines de la cathédrale par son frère, l'évêque Eudes (968-vers 1003), de "l'abbatiat de St-Chéron" 

  • 1 prévôt à partir de entre 1006 et 1130

    Dans l'obituaire de la cathédrale, après 1092, Gislebertus Bertinus, chanoine de la cathédrale et prévôt de St-Chéron, est mort après avoir pris l'habit monastique. L'obit de Haldricus le dit "prévôt de St-Chéron, diacre et chanoine de Notre-Dame".

    Dans un l'acte épiscopal qui institue un doyen dans la collégiale Saint-André de Chartres en 1108, les signa qui suivent celui d'Yves de Chartres sont ceux des dignitaires du chapitre cathédral puis de diacres. La liste s'achève par "Signum Gilleberti prepositi Sancti Carauni". En 1119, dans une charte épiscopale, "Garin prévôt de Saint-Chéron" appose son signum au milieu des dignitaires et des chanoines de la cathédrale : la prévôté est certainement une dignité du chapitre cathédral

Documentation

Sources imprimées

  • A. Molinier, Obituaires de la province de Sens (Recueil des historiens de la France. Obituaires, 2), Paris, 1906, p. 11, p. 13-15, p. 20, p. 478-480

  • R. Merlet, Cartulaire de l'abbaye Saint-Jean-en-Vallée de Chartres, Chartres, 1906, p. 12

  • Ch. Métais, Cartulaire de Notre-Dame de Josaphat, Chartres, 1911, n°106

  • Gallia Christiana, t. 8, Paris, 1744, instrumenta, n°3, n°4

Bibliographie

  • R. Merlet, "Documents sur les origines de l'église collégiale de Saint-André de Châteaudun", Le cinquantenaire de la Société archéologique d'Eure-et-Loir, Chartres, 1906, p. 484-485

Les informations en italique sont incertaines

Auteur(s) de cette notice: Jean-Vincent Jourd'heuil, le 1/5/2019
Pour citer cette fiche:
Jean-Vincent Jourd'heuil, « Fiche de la collégiale Saint-Chéron de Chartres », Collégiales - Base des collégiales séculières de France (816-1563) [en ligne <http://vafl-s-applirecherche.unilim.fr/collegiales/?i=fiche&j=632>], version du 1/5/2019, consultée le

logo du programme Col&MonUn projet financé par l'ANRlogo du LAMOP
Creative Commons License