Recherche simple

Recherche assistée


Chronologie

Cartographie

Index des lieux


Références consultées

En savoir plus

Mentions légales

Retour en haut de page

Une collégiale au hasard sur 907 recensées

Saint-Florent (Til-Châtel)

Résumé

Til-Châtel (Tilecastrum) est situé sur la voie de Dijon à Langres. A Til-Châtel, le 5 juin 1033, l'évêque de Langres Hugues de Breteuil donna à Garnier de Mailly, prévôt (séculier) de Saint-Etienne de Dijon et à ses clercs, l'église qu'il tenait dédiée au martyr Florent qui y repose. L'évêque dit répondre à la demande de Saint-Etienne de Dijon et avoir donné l'autel avec le bénéfice associé, à la demande du chevalier Aimon. Il demande d'agréger l'église de Saint-Florent et ses dépendants des deux sexes, avec tous les revenus, à celle des clercs de Dijon pour y fonder un collège de chanoines devant rester soumis à Saint-Etienne ("ut canonici illius loco perpetualiter teneant atque possideant... subjectione vero abbatie sancti Stephani"). Après l'évêque, souscrivent à l'acte ceux qui ont dû restituer l'église à l'évêque pour que celui-ci procède au don : Aimon, sa femme Hildegarde et Otbert, frère d'Aimon. Vers 1066-1076, Audon, fils d'Aimon, rend "sancto Florentio canonicisque Sancti Stephani" pour le remède de son âme un moulin "sub monasterio situm", qu'il leur avait été déjà donné. Cette famille est la principale famille de chevaliers de Til-Châtel. Entre 1085 et 1102, "domnus Aymo de Tilecastro" rend l'église Saint-Florent qu'il tenait injustement, à Saint-Etienne de Dijon, ainsi que la "chapelle de Til-Châtel" qu'il tenait en fief de l'évêque de Langres Robert de Bourgogne : l'église Saint-Florent et la chapelle, présents dans la même notice, sont bien des lieux distincts. Il y eut même un plaid à Til-Châtel pour juger des usurpations du seigneur, en présence du duc de Bourgogne et de son frère évêque. Une autre notice du cartulaire-chronique de St-Etienne rapporte que l'évêque, Robert de Bourgogne (1084-1111), avait donné la chapelle de Til-Châtel aux chanoines de Saint-Etienne avec l'accord du seigneur de l'oppidum, Audon. Mais le successeur d'Audon, Aimon, et son frère Gui ayant usurpé ladite chapelle avec les dîmes, ceux-ci durent vers 1113-1117 la concéder "sancto Stephano sanctoque Florentio". Un autre passage révèle qu'Aimon de Til-Châtel avait rendu "capellam ejusdem castri" avec les dîmes à Saint-Etienne : il y a donc la collégiale (église) et la chapelle du château situé tout près, à l'ouest. Le fils et successeur d'Aimon II, Guillaume de Til-Châtel, fit le don (s.d., entre 1113 et 1117 selon Hubert Flammarion, en 1120 selon Jean Marilier) à Saint-Etienne de l'église de Saint-Martin-des-Champs près de Dijon, avec la chapelle de Fontaines, celle qui se trouve à côté du lieu natal de saint Bernard. Ce legs a été fait quand le fils du seigneur s'est fait chanoine ("filium suum pro canonico"). En raison du millésime incertain, il est impossible de dire s'il s'agissait de devenir chanoine séculier ou régulier. En 1113, l'évêque Joceran de Brancion donne aux chanoines de Saint-Etienne qui vivent selon la règle de saint Augustin, trois églises : le don n'est pas fortuit, car il est déjà question de l'église Saint-Martin-des-Champs avec la chapelle de Fontaines, ainsi que de l'église de Gémeaux avec la chapelle de Pichanges, deux lieux qui touchent Til-Châtel au sud. Joceran confirme cette donation en synode en 1120. La notice suit dans le cartulaire-chronique, datée par H. Flammarion des années 1120-1124, d'un don au prieur augustin de Saint-Etienne Galon fait par le seigneur Aimon de Til-Châtel à saint Florent et saint Etienne "et canonicis ejus", du droit de pêche dans toutes ses eaux et de parcours dans ses forêts. Calixte II confirme ses biens au prieur Galon et aux chanoines réguliers de Saint-Etienne, citant notamment "l'église saint Florent de Til-Châtel avec la chapelle sainte Marie et le cimetière". Une notice mentionne un don, non-daté (avant 1141), "fratribus Tilecastrensibus". Avant 1141, il y a bien un "prior de Tilecastro" appelé Dominique. Le sarcophage de Florent est toujours exposé dans l'église

Chronologie

Auteur(s) de cette notice: Jean-Vincent Jourd'heuil

logo du programme Col&MonUn projet financé par l'ANRlogo du LAMOP
Creative Commons License