Recherche simple

Recherche assistée


Chronologie

Cartographie

Index des lieux


Références consultées

En savoir plus

Mentions légales

Retour en haut de page

Saint-Louis

Chapitre séculier - Fiche à valider

Informations générales

En 1317, Guillaume d'Harcourt, baron d'Elbeuf, grand queu de France, établit un chapitre séculier dans l'un de ses fiefs, La-Saussaye, paroisse de Saint-Martin-La-Corneille, en une chapelle dédiée au saint roi Louis qu'il a commencé à faire construire 10 ans plus tôt. Les 13 chanoines devront tous être prêtres, parmi eux siègent un doyen et un chantre tous deux élus par les chanoines. Les possessions sont considérables, principalement des rentes sur des moulins mais aussi des terres. Chaque prébende assure un revenu de 30 livres, le doyen a en plus 20 livres et le chantre 10. L'église est située dans un enclos où se rassemblent les maisons canoniales, dont la plus grande, celle du doyen, datant du XVe siècle, était encore debout à la fin du XIXe siècle, espace que le roi exempte en 1318 de toute juridiction temporelle et qui comporte aussi une grande cour avec un puits et un cimetière. En 1319, le fondateur accorde au chapitre, en sa communauté comme en chacun de ses membres, la pleine franchise de tous droits dans toutes ses seigneuries. En 1323, Guillaume et sa femme Blanche d'Avaugour ajoutent encore au patrimoine de ce collège une rente de 200 livres sur la Vicomté de l'Eau à Rouen, c'est-à-dire sur les prélèvements qui affectent toutes les activités liées à la Seine en cette ville. Après la mort de Guillaume en 1327, Blanche donne 1000 livres pour parfaire la construction de l'église, autant pour acquérir des ornements et 7000 livres pour constituer une nouvelle rente au profit des chanoines, tous dons que le roi ratifie l'année suivante. Cette année-là, les chanoines fondent deux chapellenies perpétuelles au service de la collégiale. La paroisse Saint-Martin-La Corneille, dont Guillaume d'Harcourt avait le patronage, est unie dès le départ au décanat de la collégiale, mais le doyen n'exerce la cure d'âmes que sur l'enclos, le château et leurs habitants, les autres paroissiens étant desservis par un vicaire perpétuel qu'il doit désigner. Marie d'Harcourt, épouse d'Antoine de Lorraine-Vaudémont, donne plus tard deux patronages d'église, Saint-Pierre du Bosc-Roger en 1459 et Saint-Taurin d'Hectomare en 1474. René II, duc de Lorraine (1473-1508), fonde 4 enfants de choeur. Claude de Lorraine, seigneur du lieu de 1508 à 1550, supprime la treizième prébende. Le chapitre, dont les maisons d'Harcourt puis de Lorraine ont toujours détenu le patronage, disparaît le 7 janvier 1791, mais le bâtiment, devenu église paroissiale, est toujours en élévation, après des reconstructions cependant

Frise chronologique

Localisation

Localisation administrative actuelle

  • La-Saussaye (Eure, France)

Paroisse ancienne

  • Saint-Martin-La Corneille

Géographie religieuse médiévale

  • Diocèse d'Evreux (province ecclésiastique de Rouen)

Chronologie Les évènements concernant la chronologie sont en bleu dans la frise

  • Fondation en 1317 par Guillaume d'Harcourt, seigneur du lieu
  • Disparition en 1790

Transformations de l'établissement

Transformation de l'institution Les informations concernant les transformations sont en vert sombre dans la frise

État du chapitre

  • Chapitre séculier (communauté masculine) entre 1317 et 1790

Transformation du bâti Les informations concernant les transformations sont en vert dans la frise

Occupation antérieure

  • Chapelle entre 1307 et 1317

Effectifs

Chanoines et dignitaires Les informations concernant les chanoines et dignitaires sont en rouge sombre dans la frise

  • 11 chanoines (sans les dignitaires) entre 1317 et 1508
  • 1 doyen entre 1317 et 1790
  • 1 chantre entre 1317 et 1790
  • 10 chanoines (sans les dignitaires) entre circa 1535 et 1790

Patrons Les informations concernant les patrons sont en rouge claire dans la frise

Prébende de simple chanoine

  • Descendants des fondateurs : 13 prébendes entre 1317 et 1535
  • Descendants des fondateurs : 12 prébendes entre 1535 et 1790

État actuel du site

  • En élévation totale

Documentation

Sources manuscrites

  • Archives départementales de l'Eure, G 242-277, 2 F 2007-2009, 3065

  • Archives départementales de la Seine-Maritime, G 147 fol. 6v, G 9475 fol. 4v

Bibliographie

  • G. Bonnenfant, Histoire générale du diocèse d'Evreux, Paris, 1933, t. I, p. 71

  • Charpillon, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l'Eure, Les Andelys, 1868-1879, t. II, p. 880-881

  • L. Delisle et L. Passy, Mémoires et notes de M. Auguste Le Prévost pour servir à l'histoire du département de l'Eure, Evreux, 1862-1869, t. III, p. 221-230

  • L Delamare, La Saussaye et sa collégiale, Elbeuf, 1879

  • C. Leroy, Essai sur la collégiale de La Saussaye, Louviers, 1899

Les informations en italique sont incertaines

Auteur(s) de cette notice: Vincent Tabbagh, le 27/3/2020
Pour citer cette fiche:
Vincent Tabbagh, « Fiche de la collégiale Saint-Louis de La-Saussaye », Collégiales - Base des collégiales séculières de France (816-1563) [en ligne <http://vafl-s-applirecherche.unilim.fr/collegiales/?i=fiche&j=855>], version du 27/3/2020, consultée le

logo du programme Col&MonUn projet financé par l'ANRlogo du LAMOP
Creative Commons License