Recherche simple

Recherche assistée


Chronologie

Cartographie

Index des lieux


Références consultées

En savoir plus

Mentions légales

Retour en haut de page

Saint-Antoine

Chapitre séculier - Fiche à valider

Informations générales

Le chapitre est installé en 1203 dans une chapelle qu'il a fait construire et dédiée à la Vierge et à saint Antoine, par un chef de guerre, Cadoc, auquel le roi de France vient de concéder la châtellenie, pour quatre chanoines. Les évêques d'Evreux, Avranches et Lisieux lui ont donné conseil en cette affaire. Il donne des terres, des dimes, des rentes en argent, la présentation de cinq églises paroissiales, notamment celles de Groslay et de La Fresnaie-Fayel, et leur impose le service continu des heures et un peu plus tard la célébration d'un anniversaire pour lui et son épouse. En 1215, d'après un acte de l'évêque d'Evreux, la communauté se compose d'un chantre et trois chanoines, chacun touchant dix livres parisis par an et le chantre, en plus, soixante sous et un muid de froment. En 1216, Innocent III place le chapitre sous la protection pontificale. L'église paroissiale Saint-Aubin est indépendante de la collégiale, en 1246, son patron, l'abbé bénédictin de la Croix-Saint-Leuffroy, autorise la création d'un cimetière propre à Saint-Antoine. Cadoc ayant été privé de ses biens en raison de ses dettes envers la Couronne, le roi devient patron de la collégiale et en 1232 un accord entre lui et l'évêque d'Evreux répartit les droits de présentation : au roi celle du chantre et d'un chanoine qui assure la desserte d'une chapelle castrale bien distincte de la collégiale Saint-Antoine, à l'évêque celle des deux autres canonicats. En 1262, les droits du souverain passent à l'archevêque de Rouen, acquéreur de la châtellenie dans un grand échange avec Louis IX. En 1685 une donation fonde un cinquième canonicat mais en 1737 la collégiale est unie au grand séminaire d'Evreux. Le bâtiment a disparu, sa localisation précise n'étant d'ailleurs pas connue.

Frise chronologique

Localisation

Localisation administrative actuelle

  • Gaillon (Eure, France)

Géographie religieuse médiévale

  • Diocèse d'Evreux (province ecclésiastique de Rouen)

Chronologie Les évènements concernant la chronologie sont en bleu dans la frise

  • Fondation en 1205 par Cadoc, seigneur du llieu
  • Disparition en 1737

Transformations de l'établissement

Transformation de l'institution Les informations concernant les transformations sont en vert sombre dans la frise

État du chapitre

  • Chapitre séculier (communauté masculine) entre 1205 et 1737

Effectifs

Chanoines et dignitaires Les informations concernant les chanoines et dignitaires sont en rouge sombre dans la frise

  • 3 chanoines (sans les dignitaires) entre 1215 et 1685
  • 1 chantre entre 1215 et 1737

Patrons Les informations concernant les patrons sont en rouge claire dans la frise

Prébende du chantre

  • Roi : 1 prébende entre 1232 et 1262
  • Archevêque de Rouen : 1 prébende entre 1262 et 1737

Prébende de simple chanoine

  • Roi : 1 prébende entre 1232 et 1262
  • Evêque d'Evreux : 2 prébendes entre 1232 et 1737
  • Archevêque de Rouen : 1 prébende entre 1262 et 1737

État actuel du site

  • Disparu

Documentation

Sources manuscrites

  • Archives départementales de l'Eure, G 184-196

  • Archives départementales de la Seine-Maritime, G 1345

Sources imprimées

  • P. Le Brasseur, Histoire civile et ecclésiastique du comté d'Evreux, actes et preuves, Paris, 1722, p. 10

  • A. Longnon, Pouillés de la province de Rouen, Paris, 1903 (Recueil des historiens de la France, Pouillés, 2), p. 73 C, 187 A, 198 C, 199 B, 256 A, 263 A

  • G Combalbert, Actes des évêques d’Évreux, Caen 2019, n° 193, en ligne : https : //pdnprepro .unicaen.fr/ecartae

Bibliographie

  • Charpillon, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l'Eure, Les Andelys, 1868-1879, t. II, p. 244

  • L. Delisle et L. Passy, Mémoires et notes de M. Auguste Le Prévost pour servir à l'histoire du département de l'Eure, Evreux, 1862-1869, t. II, p. 148-151

  • G. Demay, Inventaire des sceaux de la Normandie, Paris, 1881, n° 2365

Les informations en italique sont incertaines

Auteur(s) de cette notice: Vincent Tabbagh, le 13/10/2019
Pour citer cette fiche:
Vincent Tabbagh, « Fiche de la collégiale Saint-Antoine de Gaillon », Collégiales - Base des collégiales séculières de France (816-1563) [en ligne <http://vafl-s-applirecherche.unilim.fr/collegiales/?i=fiche&j=854>], version du 13/10/2019, consultée le

logo du programme Col&MonUn projet financé par l'ANRlogo du LAMOP
Creative Commons License