Recherche simple

Recherche assistée


Chronologie

Cartographie

Index des lieux


Références consultées

En savoir plus

Mentions légales

Retour en haut de page

Saint-Paul

Chapitre séculier - Fiche à valider

Informations générales

Ordinairement désigné sous le titre de Saint-Paul, le chapitre fondé à Besançon par l'archevêque Hugues Ier de Salins (1031-1066) est originellement placé sous le triple vocable de Sainte-Marie, Saint-Paul et Saint-Antide. L'archevêque a d'abord le projet de fonder une collégiale en l'honneur de la Vierge Marie. Tandis que le prélat médite ce projet qui lui est cher, l'abbé de Saint-Paul de Besançon vient à mourir. Hugues prend alors le parti d'unir le temporel de Saint-Paul à la dotation destinée à la collégiale Sainte-Marie. A l'emplacement de l'ancienne abbatiale Saint-Paul, une église est reconstruite et cette nouvelle collégiale porte le triple titre de Sainte-Marie, Saint-Paul et Saint-Antide. Les reliques de saint Antide, évêque et martyr du Ve siècle, avaient en effet été transportées de Ruffey-sur-l'Ognon, lieu de son martyre, à Saint-Paul de Besançon sans doute avant l'an mil

Frise chronologique

Localisation

Localisation administrative actuelle

  • Besançon (Doubs, France)

Géographie religieuse médiévale

  • Diocèse de Besançon (province ecclésiastique de Besançon)

Chronologie Les évènements concernant la chronologie sont en bleu dans la frise

  • Fondation en 1044 par Hugues de Salins, archevêque de Besançon

    Le chapitre de Saint-Paul de Besançon suivait très probablement la Règle d'Aix de 816 (comme les autres fondations canoniales d'Hugues de Salins) sinon dans le détail de sa législation, du moins dans ses lignes directrices

  • Régularisation en 1131 par Anseri, archevêque de Besançon

    L'adoption de la règle de saint Augustin à Saint-Paul de Besançon est l'oeuvre de l'archevêque Anseri et du chanoine Gerland, maître des écoles de l'église cathédrale Saint-Jean. En 1122, le chapitre de Saint-Paul suit encore ses anciennes coutumes : le doyen Aimon obtient alors du pape Calixte II confirmation des libertés du chapitre. Mais, 9 ans plus tard, coexistent à Saint-Paul, depuis quelque temps déjà, 2 groupes de chanoines : les séculiers ont à leur tête Aimon ; un groupe de chanoines réguliers est placé sous la direction du prieur Gerland. Le 4 mai 1131, l'archevêque Anseri règle les rapports entre les 2 groupes de chanoines ; seuls les réguliers pourront dorénavant se recruter. Le 3 février 1132, le pape Innocent II statue qu'à la mort des chanoines séculiers qui se trouvent à Saint-Paul, leurs prébendes seront employées aux besoins des réguliers et que les nouveaux chanoines devront embrasser la règle de saint Augustin

Transformations de l'établissement

Transformation de l'institution Les informations concernant les transformations sont en vert sombre dans la frise

État antérieur

  • Communauté monastique (communauté masculine) entre 625 - 630 et 1044

    Le monastère Saint-Paul de Besançon est fondé par saint Donat, évêque de Besançon. Dans sa contribution à l'Histoire de Besançon, Bernard de Vregille date cette fondation des années 625-630

État du chapitre

  • Chapitre séculier (communauté masculine) entre 1044 et 1131

État postérieur

  • Chapitre régulier (communauté masculine) entre 1131 et 1766

Transformation du bâti Les informations concernant les transformations sont en vert dans la frise

Occupation antérieure

  • Monastère entre 625 - 630 et 1044

    Le monastère Saint-Paul de Besançon est fondé par saint Donat, évêque de Besançon. Dans sa contribution à l'Histoire de Besançon, Bernard de Vregille date cette fondation des années 625-630


Occupation postérieure

  • Collégiale régulière entre 1131 et 1766

Effectifs

Chanoines et dignitaires Les informations concernant les chanoines et dignitaires sont en rouge sombre dans la frise

  • 1 doyen entre 1044 et 1131

Documentation

Sources manuscrites

  • Archives départementales du Doubs, 67 H

Bibliographie

  • dir. Cl. Fohlen, Histoire de Besançon, Besançon, 1981, nouvelle édition, 2 t.

  • B. de Vregille, Hugues de Salins, archevêque de Besançon, 1031-1066, Lille, 1983, 3 t.

  • L. Marquiset, L'abbaye Saint-Paul de Besançon (650-1775), Besançon, 1909

Les informations en italique sont incertaines

Auteur(s) de cette notice: Frédéric Genévrier, le 17/12/2019
Pour citer cette fiche:
Frédéric Genévrier, « Fiche de la collégiale Saint-Paul de Besançon », Collégiales - Base des collégiales séculières de France (816-1563) [en ligne <http://vafl-s-applirecherche.unilim.fr/collegiales/?i=fiche&j=429>], version du 17/12/2019, consultée le

logo du programme Col&MonUn projet financé par l'ANRlogo du LAMOP
Creative Commons License