Recherche simple

Recherche assistée


Chronologie

Cartographie

Index des lieux


Références consultées

En savoir plus

Mentions légales

Retour en haut de page

Notre-Dame

Chapitre séculier - Fiche à valider

Frise chronologique

Localisation

Localisation administrative actuelle

  • Calmoutier (Haute-Saône, France)

Géographie religieuse médiévale

  • Diocèse de Besançon (province ecclésiastique de Besançon)

Chronologie Les évènements concernant la chronologie sont en bleu dans la frise

  • Attestation en 1133

    Les circonstances de la fondation du chapitre de Calmoutier nous sont inconnues par défaut de documents. Les chanoines n'ont pas manqué d'en profiter pour se forger de glorieuses origines. Un érudit ecclésiastique du XVIIIe siècle ne prétendait-il pas que le chapitre de Calmoutier avait été fondé par l'empereur Louis le Pieux vers 816 ? Aussi peu fondées fussent-elles, ces assertions avaient le mérite de faire des princes régnant sur la Franche-Comté les successeurs des fondateurs du chapitre, ce qui le protégeait notamment de la collation des prébendes par le Saint-Siège. En 1750, le canoniste Dunod de Charnage affirmait ainsi que la fondation du chapitre de Calmoutier par un Carolingien était très probable ''parce que les souverains du comté de Bourgogne ont toujours nommé son doyen et en ont été réputés les fondateurs'' et ''parce que ses chanoines se sont maintenus dans tous les temps en possession d'élire aux prébendes vacantes en tous mois, nonobstant les réserves du Saint-Siège''. Les historiens contemporains, pour leur part, estiment que le chapitre fut fondé au XIe ou au XIIe siècle. Selon Bernard de Vregille, ''l'origine de ce chapitre, vu son organisation, peut fort bien remonter à Hugues Ier (archevêque de Besançon entre 1031 et 1066)''. Au contraire, pour René Locatelli, ''on peut faire remonter ses origines à 1110-1120''. Quoi qu'il en soit, le chapitre est attesté par une charte datée de 1133

  • Disparition en 1651

    La guerre de Dix Ans (1635-1644) ruine le chapitre de Calmoutier. Les autorités municipales de Vesoul, qui souhaitent posséder une collégiale en leur ville pour des raisons de prestige, en tirent argument. Philippe IV, roi d'Espagne et comte de Bourgogne, unit Calmoutier au prieuré du Marteroy, sis aux portes de Vesoul (5 mai 1651). Les chanoines quittent définitivement Calmoutier pour Vesoul en août 1651: l'église Saint-Georges de cette ville devient alors collégiale. Les bulles du pape Alexandre VII prononçant l'union définitive de Calmoutier et du Marteroy sont fulminées le 13 juin 1661

Transformations de l'établissement

Transformation de l'institution Les informations concernant les transformations sont en vert sombre dans la frise

État antérieur

  • Communauté monastique (communauté masculine) à partir de 1049

État du chapitre

  • Chapitre séculier (communauté masculine) jusque 1651

État postérieur

  • Communauté paroissiale en 1651

Transformation du bâti Les informations concernant les transformations sont en vert dans la frise

Occupation antérieure

  • Monastère à partir de 1049

    Le chapitre de Calmoutier succède à un ancien monastère (Colombe monasterium) soumis à la juridiction du chapitre cathédral Saint-Jean de Besançon en 1049


Occupation postérieure

  • Église

    La collégiale de Calmoutier devient église paroissiale après le départ des chanoines en 1651. L'ancienne église paroissiale, qui jouxtait la collégiale, est démolie au XVIIIe siècle


Effectifs

Chanoines et dignitaires Les informations concernant les chanoines et dignitaires sont en rouge sombre dans la frise

  • 1 doyen entre 1250 et 1651

    Le doyen du chapitre de Calmoutier apparaît dans la documentation écrite en 1250

  • 5 chanoines (sans les dignitaires) en 1275
  • 4 chanoines (sans les dignitaires) en 1500

    Le 9 novembre 1500, Jean Conquiset l'aîné, Jean Nicolin, Jean Morel et Jean Conquiset le jeune sont chanoines prébendés de l'église collégiale de Calmoutier ''tenant en leurs mains les autres prébendes, tant celle du doyen que celle des autres chanoines, vacantes par défaut de stage non fait, faisant mansions de continuelles résidences dans leurs maisons canoniales'' (abbé Vannier, op. cit., p. 233-234).

  • 7 chanoines (sans les dignitaires) en 1546

    A partir du XVe siècle au moins, il est établi que le chapitre de Calmoutier compte en principe 8 chanoines et 1 doyen. Malheureusement, cet effectif théorique n'est pas toujours atteint dans la réalité. Sans doute faut-il mettre en cause les malheurs des temps, notamment les ravages des guerres, des épidémies et les difficultés financières qu'ils engendrent

Collateurs Les informations concernant les collateurs sont en rouge claire dans la frise

Dignité décanale

  • Comte de Bourgogne : 1 prébende entre 1397 et 1651

    L'abbé Vannier, historien du chapitre de Calmoutier, note que, l'an 1397, ''par décision du souverain de la Franche-Comté, à qui le droit de présentation et de nomination au doyenné de Calmoutier appartenait, en vertu d'indult apostolique, un nouveau doyen, appelé Jean de Vaithes, bachelier en décret, fut enfin substitué à Jean de Montjustin''

  • Chapitre du lieu : 8 prébendes

Documentation

Sources manuscrites

  • Archives départementales de la Haute-Saône, G 30 ter-101 (fonds du chapitre de Vesoul)

Sources imprimées

  • E. Clouzot, Pouillés des provinces de Besançon, de Tarentaise et de Vienne, Paris, 1940 (Recueil des Historiens de la France. Pouillés, 7), p. 12

Bibliographie

  • dir. Société d'Agriculture, Lettres, Sciences et Arts, La Haute-Saône. Nouveau dictionnaire des communes, Vesoul, 1970, t. 2

  • P. Vannier, Histoire du prieuré de Saint-Nicolas de Marteroy de Vesoul, de l'église de Saint-Georges de Vesoul et de l'insigne chapitre de Notre-Dame de Calmoutier, Vesoul, 1884

  • B. de Vregille, Hugues de Salins, archevêque de Besançon, 1031-1066, Lille, 1983, 3 t.

  • R. Locatelli, Sur les chemins de la perfection. Moines et chanoines dans le diocèse de Besançon, vers 1060-1220, Saint-Etienne, 1992

  • F.-I. Dunod de Charnage, Histoire de l'Eglise, ville et diocèse de Besançon, Besançon, 1750, 2 t.

Les informations en italique sont incertaines

Auteur(s) de cette notice: Frédéric Genévrier, le 4/3/2019
Pour citer cette fiche:
Frédéric Genévrier, « Fiche de la collégiale Notre-Dame de Calmoutier », Collégiales - Base des collégiales séculières de France (816-1563) [en ligne <http://vafl-s-applirecherche.unilim.fr/collegiales/?i=fiche&j=419>], version du 4/3/2019, consultée le

logo du programme Col&MonUn projet financé par l'ANRlogo du LAMOP
Creative Commons License