Recherche simple

Recherche assistée


Chronologie

Cartographie

Index des lieux


Références consultées

En savoir plus

Mentions légales

Retour en haut de page

Saint-André

Chapitre séculier - Fiche valide

Frise chronologique

Réseaux

Localisation

Localisation administrative actuelle

  • Limoges (Haute-Vienne, France)

Géographie religieuse médiévale

  • Diocèse de Limoges (province ecclésiastique de Bourges)

Chronologie Les évènements concernant la chronologie sont en bleu dans la frise

  • Attestation entre 1052 et 1060

    Le chapitre est attesté entre 1052 et 1060 (FONT-REAULX, acte n°LX, p. 76) par la charge abbatiale détenue par Gausbertus, qui est en même temps archidiacre au chapitre cathédral de Limoges. Cela fait penser que la communauté existe depuis l'époque carolingienne, dans l'étroite dépendance du chapitre cathédral, mais sans attestation dans les sources. Les chanoines de Saint-André sont cités dans un acte de 1073-1086 (CHAMPEVAL, n°67bis). Vers 1073, Adémar II, vicomte de Limoges, confirme la restitution qu’il a faite, avec l’accord du duc Guillaume d’Aquitaine, de l’abbatiat ("abbatia") Saint-André au chapitre cathédral de Limoges (FONT-REAULT, n°LXXX, p. 93-94), ce qui laisse penser que la désignation de l'abbé de Saint-André est dans les mains de la famille vicomtale depuis le début du siècle. Pascal II confirme en 1106 le monastère ("monasterium") Saint-André parmi les possessions du chapitre cathédral Saint-Etienne (FONT-REAULT, n°CXCII, p. 183-185)

  • Régularisation en 1160 par le chapitre cathédral de Limoges

    Le chapitre est donné en 1160 aux chanoines réguliers de Bénévent par le chapitre cathédral de Limoges, lesquels s'engagent à entretenir 9 chanoines à Saint-André (FONT-REAULT, n°CCII, p. 196-197)

Transformations de l'établissement

Transformation de l'institution Les informations concernant les transformations sont en vert sombre dans la frise

État du chapitre

  • Chapitre séculier entre 1052 - 1060 et 1160

État postérieur

  • Chapitre régulier entre 1160 et 1625
  • Couvent mendiant (communauté masculine) entre 1625 et 1790

    A la suite de la résignation du dernier prieur Etienne Vidaud en 1623, une communauté de carmes déchaussés s'installe dans le site en 1625 (MIROUSE GERARDOT 2009)

Transformation du bâti Les informations concernant les transformations sont en vert dans la frise

Occupation antérieure

  • Église entre 300 et 988

    D'après les auteurs de la Gallia christiana, résumés par l'abbé Nadaud, l'église aurait été bâtie par l'évangélisateur du Limousin saint Martial, puis détruite par Pépin le Bref et enfin rasée lors des invasions normandes (Pouillé historique, p. 180). La première attestation de l'église ne date pourtant que de 988 (FONT-REAULT, n°CXXXIV, p. 145-146) et en 1160, on se souvient que la matrix ecclesia de Saint-André est la cathédrale de Limoges


Relations Les évènements concernant la chronologie sont en bleu sarcelle dans la frise

Saint-André est en relation avec :

Effectifs

Chanoines et dignitaires Les informations concernant les chanoines et dignitaires sont en rouge sombre dans la frise

  • 1 abbé entre 1052 - 1060 et 1107

    En 1107, l'abbé de Saint-André est Gausbertus et 3 chanoines sont cités, "Petrus de Marlac, P. de Beirin, Constantinus" (CHAMPEVAL, n°72).

État actuel du site

  • Disparu

Documentation

Sources imprimées

  • éd. J. de Font-Réaulx, "Sancti Stephani Lemovicensis cartularium", Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, t. 69, 1919, p. 5-258, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57622902/f1.image

  • éd. A. Geoffroy, Cartulaire du prieuré Saint-Barthélemy de Bénévent (1076-1282), Poitiers, Université de Poitiers, 1979 (thèse de doctorat dactylographiée)

  • éd. D. de Sainte-Marthe, Gallia christiana in provincias ecclesiasticas distributa, t. II, Paris, 1720, col. 620-6203, col. 551-552

  • éd. A. Lecler, "Abbé Joseph Nadaud, Pouillé historique du diocèse de Limoges", Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, t. 53, 1903, p. 179-182, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5470841k

  • éd. J. B. Champeval, Cartulaire de l'abbaye d'Uzerche, Paris-Tulle, 1901, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1120156

Bibliographie

  • J. Becquet, "Les chanoines réguliers de Lesterps, Bénévent et Aureil en Limousin aux XIe et XIIe siècles", Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, t. 101, 1972, p. 105-106 (réédition fac-similée dans BECQUET 1985)

  • J. Becquet, "Le bullaire du Limousin",  Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, t. 100, 1973, p. 111-149

  • J. Becquet, La vie canoniale en France aux Xe-XIIe siècles, Londres, Valiorum reprints, 1985

  • Y. Veyrenche, "Les chanoines réguliers en Limousin (XIe - XIIe siècles), de la réforme aux réseaux canoniaux", dans Israël du Dorat: être chanoine en l’an Mil. Discipline, culture, cadres institutionnels et monumentaux des chanoines entre les temps carolingiens et la Réforme grégorienne, dir. A. Masonni, E. Sparhubert, Limoges, PULIM, 2020, p. 51-52, 54

  • F. Mirouse, A. Gérardaud, 10 H Carmes déchaux de Saint-André de Limoges, Limoges, Archives départementales de la Haute-Vienne, 2009, http://archives.haute-vienne.fr/a/418/carmes-de-saint-andre-de-limoges-petits-carmes-10-h-/

Les informations en italique sont incertaines

Auteur(s) de cette notice: Manon Durier / Anne Massoni, le 12/3/2020
Pour citer cette fiche:
Manon Durier / Anne Massoni, « Fiche de la collégiale Saint-André de Limoges », Collégiales - Base des collégiales séculières de France (816-1563) [en ligne <http://vafl-s-applirecherche.unilim.fr/collegiales/?i=fiche&j=1356>], version du 12/3/2020, consultée le

logo du programme Col&MonUn projet financé par l'ANRlogo du LAMOP
Creative Commons License