Recherche simple

Recherche assistée


Chronologie

Cartographie

Index des lieux


Références consultées

En savoir plus

Mentions légales

Retour en haut de page

Saint-Nicolas

Chapitre séculier - Fiche à faire

Informations générales

Il ne reste rien sur le lieu de l'église St-Nicolas, sinon le nom d'une rue du même nom et un prieuré bâti sous l'Angien Régime. Le chartiste René Merlet édite deux chartes concernant l'église St-Nicolas de Courville, indiquant qu'au milieu du XIe siècle y vivaient des chanoines séculiers. Le premier seigneur de Courville, Yves, installe des chanoines séculiers dans l'église St-Nicolas qu'il a bâtie près de son castrum. Il donne avant 1050 une terre dans le pagus de Blois à l'abbaye de Marmoutier (diocèse de Tours), ainsi que, contre le vilage de Courville, l'église de Chuisnes. Il est le père de Giroie. Vers 1060, tous deux sont témoins d'une charte de l'évêque Thierry de Chartres concernant une donation à Marmoutier. Vers 1080, une notice rappelle que Giroie a donné à la même abbaye, à Courville, "dans le territoire de Chartres", "ecclesiam in eodem castro... ab Ivone meo quondam genitore, in honorem Sancti Nicholai constructam", avec les huit chanoines qui y vivaient (octo numero canonicis administrandam).

Dans une notice sans date, en présence du doyen de la cathédrale Ingerranus, Girogius (Giroie), seigneur de Courville, son épouse et ses deux frères, donne cette église aux moines de Marmoutier (diocèse de Tours). Ce don avait déjà été fait sous l'évêque Geoffroi (1077-1089) et l'abbé Barthélemy (1063-1084), soit entre 1077 et 1084. L'artem date la notice de l'année 1083. Il y eut sans doute des difficultés du côté des moines de Marmoutier à prendre possession du lieu, pas nécessairement pour en faire une cella ou un prieuré. Seulement, il y en eut encore après, car les chanoines réguliers de St-Jean-en-Vallée de Chartres revendiquèrent la propriété de cette église, comme l'évêque Yves le décida en 1115, en écrivant que le seigneur Yves de Courville et ses prédécesseurs avaient détenu injustement cette église. La charte mentionne la présence, au moment de cette décision, "des chanoines de ladite église St-Nicolas". L'évêque réformateur et lui-même chanoine régulier, a régularisé en 1099 St-Jean-en-Vallée et rappelle dans son écrit que "les frères de St-Jean" vivent "regulariter".

Le 29 novembre 1119, l'évêque, avec son chapitre cathédral, veut mettre un terme à la discorde existant entre l'abbaye de St-Jean-en-Vallée et celle de Marmoutier au sujet de l'église St-Nicolas de Courville. Il avait pourtant partagé les droits à égalité entre les deux monastères, conseillé par son chapitre et l'évêque de Châlons Guillaume de Champeaux, mais la chose était compliqué puisque moines et chanoines réguliers devaient habiter simultanément et faire aussi les offices. Il est décidé que seuls les chanoines réguliers habitent ce lieu, mais qu'ils doivent se partager par moitié les oblations avec les moines. D'autres détails du partage sont aussi couchés par écrit, dans un acte qui a reçu le signum du "prieur de Chuisnes". Ainsi Marmoutier n'avait nullement l'intention de fonder un autre prieuré dans le village voisin de celui-ci. Entre 1120 et 1127, le seigneur Foulques de Courville fait un don "aux chanoines (réguliers) de St-Nicolas". Innocent II confirme l'accord passé entre Marmoutier et l'abbaye de Chartres au sujet de St-Nicolas de Courville en 1131

Frise chronologique

Localisation

Localisation administrative actuelle

  • Courville-sur-Eure (Eure-et-Loir, France)

Géographie religieuse médiévale

  • Diocèse de Chartres (province ecclésiastique de Sens)

Transformations de l'établissement

Transformation de l'institution Les informations concernant les transformations sont en vert sombre dans la frise

État du chapitre

  • Chapitre séculier entre 1050 et 1115

    L'évêque Yves de Chartres donne la collégiale à l'abbaye St-Jean-en-Vallée de Chartres

Transformation du bâti Les informations concernant les transformations sont en vert dans la frise

Occupation postérieure

  • Église jusque circa 1179
  • Prieuré à partir de circa 1179

    La première mention d'un prieur à Courville dans le cartulaire de St-Jean-en-Vallée apparaît dans un acte daté des environs de 1179


Effectifs

Chanoines et dignitaires Les informations concernant les chanoines et dignitaires sont en rouge sombre dans la frise

  • 8 chanoines (sans les dignitaires) à partir de 1080

Documentation

Sources imprimées

  • Cartulaire de l'abbaye de Saint-Jean-en-Vallée de Chartres, éd. R. Merlet, Chartres, 1906, n°2, n°15, n°20, n°28, n°44, n°104

  • http://www.cn-telma.fr/originaux/charte3248/

  • Cartulaire de Marmoutier pour le Dunois, éd. E. Mabille, Châteaudun, 1879, n°138

Bibliographie

  • P. Dalton, D. Luscombe, Rulership and rebellion in the anglo-norman world, c. 1066-c. 1216, Londres - New York, 2016, p. 80

Les informations en italique sont incertaines

Auteur(s) de cette notice: Jean-Vincent Jourd'heuil, le 14/5/2019
Pour citer cette fiche:
Jean-Vincent Jourd'heuil, « Fiche de la collégiale Saint-Nicolas de Courville-sur-Eure », Collégiales - Base des collégiales séculières de France (816-1563) [en ligne <http://vafl-s-applirecherche.unilim.fr/collegiales/?i=fiche&j=1284>], version du 14/5/2019, consultée le

logo du programme Col&MonUn projet financé par l'ANRlogo du LAMOP
Creative Commons License