Recherche simple

Recherche assistée


Chronologie

Cartographie

Index des lieux


Références consultées

En savoir plus

Mentions légales

Retour en haut de page

Saint-Pierre

Chapitre séculier - Fiche à valider

Informations générales

Selon des documents du XIIe siècle, le comte du Maine Hugues aurait fondé vers 970, dans la chapelle de son château du Mans, une communauté 19 chanoines séculiers, y déposant les reliques de sainte Scolastique, dont la châsse constitue par la suite l'un des principaux points d'attrait de cette collégiale qui porte habituellement le nom de Saint-Pierre-de-la-Cour. Dès le XIe siècle, ce chapitre détient plusieurs seigneuries. A partir de 1127, et pendant des siècles, il compte 20 prébendes et 19 membres, le nombre des prébendes se trouvant ramené à douze en 1714. Dès le début du XIIIe siècle, des bulles pontificales assurent que les juridictions de l'évêque et du chapitre cathédral du Mans ne s'exercent pas sur lui; des contentieux suivis d'accords règlent ensuite les relations entre l'évêque et ce chapitre, dont un official apparaît dans un texte de 1229 et qui condamne les crimes et délits de ses propres membres, les emprisonnant au besoin dans une pièce située sous son choeur. Le comte du Maine exerce en revanche un étroit contrôle sur cette communauté, dont il est le premier membre, un texte de 1267 le qualifiant d'abbé et patron. Il ordonne en 1466 la réforme des statuts de cette église qui détient en temps de paix la garde de son oriflamme. Ce chapitre a le droit de désigner les maîtres des écoles de grammaire dans la cité et ses faubourgs. Il détient la prévôté et la juridiction dans la ville du Mans, avec les revenus des foires et marchés, pendant treize jours par an, de la veille de la Pentecôte au samedi de l'octave de cette fête et de la veille de la Saint-Jean-Baptiste à la Saint-Pierre. Treize ou quatorze cures du diocèse sont placées sous son patronage, il est taxé pour les décimes au début du XVIe siècle à 340 livres. Il disparaît en 1790. En 1741, le conseil du roi avait prononcé l'union au chapitre de Saint-Pierre-de-la-Cour de la chapelle royale du Gué-de-Mauny, qui comptait six chapelains. L'édifice reconstruit entre la fin du XIIIe siècle et celle du XIVe siècle est toujours en élévation.

Frise chronologique

Localisation

Localisation administrative actuelle

  • Le-Mans (Sarthe, France)

Géographie religieuse médiévale

  • Diocèse de Le Mans (province ecclésiastique de Tours)

Chronologie Les évènements concernant la chronologie sont en bleu dans la frise

  • Fondation en 970 par Hugues, comte du Maine

Transformations de l'établissement

Transformation de l'institution Les informations concernant les transformations sont en vert sombre dans la frise

État antérieur

  • Chapellenies (communauté masculine) jusque 970

État du chapitre

  • Chapitre séculier (communauté masculine) entre 970 et 1790

Transformation du bâti Les informations concernant les transformations sont en vert dans la frise

Occupation antérieure

  • Chapelle castrale jusque 970

Bâtiment du chapitre

  • Collégiale séculière entre 970 et 1790

Effectifs

Chanoines et dignitaires Les informations concernant les chanoines et dignitaires sont en rouge sombre dans la frise

  • 19 membres entre 970 et 1127
  • 1 doyen entre circa 1090 et 1790

    Pendant deux ans, après chaque mutation, le gros de la prébende décanale appartient à la communauté. Le doyen, nommé par le comte du Maine, perçoit deux prébendes

  • prévôt entre 1082 et 1096
  • 1 chantre entre circa 1100 et 1790

    La dignité du chantre, appelé d'abord préchantre, n'apparaît pas dans le Pouillé du début du XVIe siècle, mais elle persiste jusqu'à la disparition de la communauté.

  • 20 membres entre 1127 et 1714

    En 1127, le comte du Maine Geoffroy Plantagenêt crée une nouvelle prébende, en s'attribuant la première place dans le chapitre. Le doyen jouit de 2 prébendes. 

  • 1 sous-chantre entre 1244 et 1790
  • 12 membres entre 1714 et 1741

    Le roi, tenant compte de la diminution des revenus, supprime six prébendes en 1714

  • 18 membres entre 1741 et 1790

    L'union de la chapelle royale du Gué-de-Maulny introduit six nouvelles prébendes en 1741

Patron Les informations concernant les patrons sont en rouge claire dans la frise

Bénéfice indéterminé

  • Le comte du Maine entre 970 et 1790

État actuel du site

  • En élévation totale

Documentation

Sources manuscrites

  • Archives départementales de la Sarthe, G 479-669

Sources imprimées

  • A. Longnon, Pouillés de la province de Tours, Paris, 1903, p. 58, 91

  • S. Menjot d'Elbenne et L. J. Denis, Cartulaire du chapitre royal de Saint-Pierre-de-la-Cour du Mans (Archives historiques du Maine, IV), Le Mans, 1903-1907

Bibliographie

  • J. M. Matz, Diocèse du Mans, Turnhout, 2018 (Fasti Ecclesiae Gallicane, 18), p. 7-8

  • C. Vincent, "Les confréries de bas clercs, un expédient pour la réforme des séculiers ? L'exemple du Mans, XIIe-XIIIe siècle", Le clerc séculier au Moyen Age, Paris, 1993, p. 263-274

  • S. Menjot d'Elbenne et L. J. Denis, Le chapitre royal de l'église collégiale de Saint-Pierre-de-la-Cour, Sainte Chapelle du Mans (Archives historiques du Maine, X), Le Mans, 1909

  • P. Piolin, Histoire de l'Eglise du Mans, Paris, 1851-1863, t. III, p. 13-14

Les informations en italique sont incertaines

Auteur(s) de cette notice: Vincent Tabbagh, le 14/2/2019
Pour citer cette fiche:
Vincent Tabbagh, « Fiche de la collégiale Saint-Pierre de Le-Mans », Collégiales - Base des collégiales séculières de France (816-1563) [en ligne <http://vafl-s-applirecherche.unilim.fr/collegiales/?i=fiche&j=1238>], version du 14/2/2019, consultée le

logo du programme Col&MonUn projet financé par l'ANRlogo du LAMOP
Creative Commons License