Recherche simple

Recherche assistée


Chronologie

Cartographie

Index des lieux


Références consultées

En savoir plus

Mentions légales

Retour en haut de page

Sainte-Radegonde

Chapitre séculier - Fiche valide

Informations générales

Sainte Radegonde fonde à Poitiers le monastère de Sainte-Croix, elle demande à être enterrée dans la basilique funéraire des moniales à sa mort en 587 alors que l'édifice n'est pas encore achevé. Il s'élève en contre-bas du monastère de Sainte-Croix, à 150 mètres à l'est de la cathédrale, hors du tracé de l'enceinte romaine.

Dans le courant du Xe siècle, le chapitre de Sainte-Radegonde s'installe dans l'église funéraire et remplace une communauté de clercs (L. Vallière, 2008, p. 6 et Topographie chrétienne des cités de la Gaule, 1998, p. 87-88). Les travaux dans la collégiale permettent en 1012 de retrouver la sépulture de la sainte, mais en 1083 un tremblement de terre et un incendie ont provoqué la destruction de l'église. Elle est alors reconstruite en grande partie comme en témoigne la nouvelle consécration du 18 octobre 1099

Frise chronologique

Réseaux

Iconographie

Localisation

Localisation administrative actuelle

  • Poitiers (Vienne, France)

Géographie religieuse médiévale

  • Diocèse de Poitiers (province ecclésiastique de Bordeaux)

Chronologie Les évènements concernant la chronologie sont en bleu dans la frise

  • Attestation entre 906 et 969

    969 : mention d'un ex canonica Beatae Radegundis canonicus dans un acte de Witterdus qui concède un alleu à l'abbaye Saint-Cyprien de Poitiers (L. Vallière, 2008, p. 6 ; Cartulaire de l'abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers, 1874, n°102, p. 80).

    Mais le chapitre existe peut-être depuis au moins le début du Xe siècle  : en 906, un acte mentionne la vente à un prêtre nommé Hisarn de la "congrégation" de Sainte-Radegonde d'un alleu de Nouaillé, ce qui laisse penser que, dans cette congregatio, il devait être chanoine (Chartes de l'abbaye de Nouaillé de 678 à 1200, 1936, n°30, p. 54-55)

  • Disparition en 1790

Transformations de l'établissement

Transformation de l'institution Les informations concernant les transformations sont en vert sombre dans la frise

État antérieur

  • Communauté de clercs (communauté masculine) entre 587 et 863

    av. 587 : mort de sainte Radegonde, basilique funéraire sous le vocable Sanctae Mariae dominicae Genitris (Grégoire de Tours, VI, 29)

    entre 609 et 614 : communauté dirigée par un abbé (Vie de sainte Radegonde par Baudonivie, p. 377-395)

État du chapitre

  • Chapitre séculier (communauté masculine) entre 969 et 1790

Transformation du bâti Les informations concernant les transformations sont en vert dans la frise

Occupation antérieure

  • Basilique entre 587 et 863

    Basilique funéraire mérovingienne reconstruite à l'époque carolingienne et consacrée en 863 par l'évêque Ingeraldus de Poitiers (Kneepkens, 1986, p. 91-94)


    Détruit

Bâtiment du chapitre

  • Collégiale séculière entre 969 et 1790

    c. 1000 : reconstruction romane

    1083 : incendie et reconstruction partielle

    18 octobre 1099 : dédicace


    En élévation

Relations Les évènements concernant la chronologie sont en bleu sarcelle dans la frise

Sainte-Radegonde est en relation avec :

Effectifs

Chanoines et dignitaires Les informations concernant les chanoines et dignitaires sont en rouge sombre dans la frise

  • 22 chanoines (sans les dignitaires) entre 1301 et 1400

    au XIVe siècle (Vallière, 2008, p. 6, en note)

    1424 : 1 psalette à Sainte-Radegonde (Favreau, 2002, p. 15-25)

    1459 : 20 chanoines et 1 prieur (Vallière, 2008, p. 6)

    Pouillé de 1782, 19 chanoines, 4 hebdomadiers, 1 maître de psalette, 6 enfants de chœur, 7 chapelains (Pouillé du diocèse de Poitiers, 1868, p. 168)

     

  • 1 prieur entre 1459 et 1790

    Pouillé de 1648 : 1 prieur (Pouillé du diocèse de Poitiers, 1868, p. 168)

  • 1 chantre entre 1648 et 1790

    Pouillé de 1648 : 1 chantre, ; Pouillé de 1782 :  1 chantre (Pouillé du diocèse de Poitiers, 1868, p. 168)

  • 1 sous-chantre entre 1648 et 1790

    Pouillé de 1648 : 1 sous-chantre ; Pouillé de 1782 :  1 sous-chantre (Pouillé du diocèse de Poitiers, 1868, p. 168)

Collateurs Les informations concernant les collateurs sont en rouge claire dans la frise

Prébende de simple chanoine

  • Chapitre du lieu : 2 prébendes entre 1648 et 1790

    Pouillé de 1648 : 2 chanoines, 4 hebdomadiers, 2 aumôniers à la collation du chapitre (Pouillé du diocèse de Poitiers, 1868, p. 168)

Prébende du prieur

  • Roi : 1 prébende entre 1782 et 1790

    Pouillé de 1782 : 1 prieur à la nomination royale (Pouillé du diocèse de Poitiers, 1868, p. 168)

État actuel du site

  • En élévation totale

    La collégiale est reconstruite deux fois à l'époque romane : vers 1000 et après l'incendie de 1083 (Labande-Mailfert, 1962, p. 41). La nef remonte au XIIIe siècle. La sacristie actuelle était la salle du chapitre (Labande-Mailfert, 1962, p. 41) et le portail au XVe siècle (Blomme, 1993, p. 263-270)

    Inscription sur le linteau de la porte de l'escalier du dortoir de la fin du Xe - début XIe siècle conservée au Musée de la Ville :

    "Toi qui es le jour éclatant, ô Christ, gouverne-nous

    Sois, la nuit, la lampe de tous ceux qui vont se coucher".

    (Corpus des inscriptions de la France médiévale. 1. Ville de Poitiers, 1974, n°92, p. 116-117)

Documentation

Sources imprimées

  • Grégoire de Tours, Historia Francorum, VI, 29 et IX, 41, p. 468-469

  • Venance Fortunat, Vita S. Radegundis, éd. B. Krusch, MGH, SRM, II, p. 364-377

  • Baudonivie, Vita S. Radegundis, éd. B. Krusch, MGH, SRM, II, p. 377-395

  • éd. H. Beauchet-Filleau, Pouillé du diocèse de Poitiers, Poitiers, 1868

  • éd. R. Favreau et J. Michaud, Corpus des inscriptions de la France médiévale. 1. Ville de Poitiers, Paris et Poitiers, 1974, n°92, p. 116-117

Bibliographie

  • C.-H. Kneepkens, "A propos des débuts de l'histoire funéraire de Sainte-Radegonde de Poitiers", Cahiers de civilisation médiévale, 29, 1986, p. 91-94

  • R. Favreau, "Eglise et établissement canonial au Moyen-Âge", dans Notre-Dame la Grande de Poitiers, Oeuvre romane, dir. M.-Th. Camus et C. Andrault-Schmitt, Paris, 2002, p. 15-25

  • L. Vallière, Diocèse de Poitiers, Turnhout, 2008 (Fasti Ecclesiae Gallicanae, 10), p. 6

  • dir. R. Favreau, La vie de sainte Radegonde par Fortunat, 1995, p. 189-196 et p. 251-259

  • Y. Labande-Mailfert et al., "Histoire de l'abbaye Sainte-croix de Poitiers", Mémoire de la Société des Antiquaires de l'Ouest, t. 19, 1986, p. 1-558

  • dir. N. Gauthier et J. C. Picard, Province ecclésiastique de Bordeaux, (Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, 4), Paris, p. 87-88

  • Y. Labande-Mailfert, Poitou roman, La Pierre-Qui-Vire, 1962, p. 41

  • Y. Blomme, Poitou gothique, Paris, 1993, p. 263-270

Les informations en italique sont incertaines

Auteur(s) de cette notice: Véronique Soulay / Anne Massoni, le 11/7/2022
Pour citer cette fiche:
Véronique Soulay / Anne Massoni, « Fiche de la collégiale Sainte-Radegonde de Poitiers », Collégiales - Base des collégiales séculières de France (816-1563) [en ligne <http://vafl-s-applirecherche.unilim.fr/collegiales/?i=fiche&j=803>], version du 11/7/2022, consultée le

logo du programme Col&MonUn projet financé par l'ANRlogo du LAMOP
Creative Commons License