Recherche simple

Recherche assistée


Chronologie

Cartographie

Index des lieux


Références consultées

En savoir plus

Mentions légales

Retour en haut de page

Sainte-Catherine

Chapitre séculier - Fiche à valider

Informations générales

De la collégiale fondée dans les années 1250-1260 par Pierre d'Aigueblanche, évêque d'Hereford, il ne reste plus que quelques éléments conservés lors de la reconstruction de l'église au XIXe siècle. Jusqu'en 1738, Randens était rattachée à Aiguebelle, ce qui explique parfois que l'on appelle la collégiale, collégiale d'Aiguebelle.

Frise chronologique

Localisation

Localisation administrative actuelle

  • Randens (Savoie, France)

Paroisse ancienne

  • Aiguebelle

Géographie religieuse médiévale

  • Diocèse de Maurienne (province ecclésiastique de Vienne)

Chronologie Les évènements concernant la chronologie sont en bleu dans la frise

  • Fondation vers 1260 par Pierre d'Aigueblanche, évêque d'Hereford

    Après avoir été autorisé par le pape Alexandre IV à construire une église sur sa terre (1255), Pierre d'Aigueblanche rédige les statuts d'un chapitre collégial (1267)

  • Disparition en 1792

    En 1792, les troupes françaises arrivent  en Savoie et à Aiguebelle. La collégiale est suprrimée et ses biens confisqués et vendus. Le tombeau du fondateur est fondu

Transformations de l'établissement

Transformation de l'institution Les informations concernant les transformations sont en vert sombre dans la frise

État du chapitre

  • Chapitre séculier entre 1255 - 1267 et 1792

Transformation du bâti Les informations concernant les transformations sont en vert dans la frise

Bâtiment du chapitre

  • Collégiale séculière entre circa 1267 et 1792

    L'église est détruite en grande partie en 1748 par une crue torrentielle. Elle est reconstruite au XIXe siècle à l'emplacement de l'ancienne collégiale


Effectifs

Chanoines et dignitaires Les informations concernant les chanoines et dignitaires sont en rouge sombre dans la frise

  • 1 prévôt entre 1267 et 1792

    Le prévôt dispose de la juridiction temporelle et spirituelle. Il est de, droit, chanoine de Saint-Jean de Maurienne

  • 1 chantre entre 1267 et 1792
  • 1 trésorier entre 1267 et 1792
  • 10 chanoines (sans les dignitaires) à partir de 1267

    Les statuts conservés sous forme d'une copie du XVIe siècle datent de 1267. Ils mentionnenent que le chapitre est composé de 13 chanoines. Il devait y avoir 4 prêtres en plus du trésorier, 4 diacres et 4 sous-diacres, avec 5 prébendes sacerdotales, 4 prébendes diaconales et 4 prébendes sous-diaconales

Collateurs Les informations concernant les collateurs sont en rouge claire dans la frise

  • Evêque de Maurienne en 1297

    L'évêque de Maurienne se voit reconnaître le droit d'instituer les chanoines

Patron Les informations concernant les patrons sont en rouge claire dans la frise

  • Comte de Savoie en 1295

    Le comte Amédée V récupère le droit de patronage en 1295

État actuel du site

  • En élévation partielle

Documentation

Sources manuscrites

  • Archives départementales de la Savoie, SA 207

Bibliographie

  • Mugnier (Fr.), Les Savoyards en Angleterre et Pierre d'Aigueblanche, évêque d'Hereford, Chambéry, 1890

Les informations en italique sont incertaines

Auteur(s) de cette notice: Hervé Chopin, le 25/7/2022
Pour citer cette fiche:
Hervé Chopin, « Fiche de la collégiale Sainte-Catherine de Randens », Collégiales - Base des collégiales séculières de France (816-1563) [en ligne <http://vafl-s-applirecherche.unilim.fr/collegiales/?i=fiche&j=558>], version du 25/7/2022, consultée le

logo du programme Col&MonUn projet financé par l'ANRlogo du LAMOP
Creative Commons License