Recherche simple

Recherche assistée


Chronologie

Cartographie

Index des lieux


Références consultées

En savoir plus

Mentions légales

Retour en haut de page

Saint-Martin puis Sainte-Barbe

Chapitre séculier - Fiche valide

Informations générales

Entre 1055 et 1066 le puissant seigneur de Mézidon, Odon Stigand, institue dans l'église de Saint-Martin d'Ecajeul un collège de six chanoines séculiers, leur donnant des terres, des prés, des dimes, une pêcherie mais aussi les offrandes dont il gratifait sa chapelle, qui donc disparaît sans doute. Sur la demande de Stigand, trois autres personnes abandonnent des parts de dimes. Ces biens, partagés en six prébendes à l'exception de ceux qui devront assurer le luminaire, l'encens et les ornements pour les fêtes de Noël et Pâques, sont considérés par Stigand comme des honneurs, semblables à ceux que tiennent de lui ses barons. Il affranchit les servituti de cette église, dont les dépendants ne paieront plus au seigneur que les droits de moûte et de tonlieu. L'acte qui publie cette fondation et ces dispositions est dressé au nom du duc Guillaume, qui le signe, devant l'archevêque Jean, plusieurs évêques, abbés et barons, à Troarn, à une date non précisée mais qui se situe entre 1063 et 1066. Stigand a par ailleurs donné deux églises à l'abbaye de moniales de la Trinité de Caen, Falaise et Guibray, pour y faire entrer sa fille. Selon la Gallia christiana, Maurice et Robert, deux fils de Stigand, poursuivent l'entreprise, le premier faisant construire ou reconstruire l'église, le second y introduisant les reliques de sainte Barbe, rapportées de Grèce, ce qui entraîne le changement du vocable. Rabel, sire de Tancarville, héritier de cette famille par son mariage avec leur soeur Agnès, appelle en 1127-1128 des chanoines réguliers de la collégiale d'Eu, réformée depuis 1119. Sous la direction du prieur Guillaume, étroitement lié par sa famille au clergé de la cathédrale de Rouen, Sainte-Barbe en Auge devient un très important prieuré de chanoines réguliers, chef de file de la diffusion en Normandie de cette forme de vie religieuse

Frise chronologique

Réseaux

Localisation

Localisation administrative actuelle

  • Mézidon-Canon (Calvados, France)

Paroisse ancienne

  • Saint-Martin d'Ecajeul

Géographie religieuse médiévale

  • Diocèse de Lisieux (province ecclésiastique de Rouen)

Chronologie Les évènements concernant la chronologie sont en bleu dans la frise

  • Fondation entre 1055 et 1066 par Stigand de Mézidon, seigneur du lieu
  • Régularisation entre 1127 et 1128 par Rabel de Tancarville, seigneur du lieu

Transformations de l'établissement

Transformation de l'institution Les informations concernant les transformations sont en vert sombre dans la frise

État du chapitre

  • Chapitre séculier (communauté masculine) entre 1055 - 1066 et 1127 - 1128

État postérieur

  • Chapitre régulier (communauté masculine) à partir de entre 1127 et 1128

Relations Les évènements concernant la chronologie sont en bleu sarcelle dans la frise

Saint-Martin puis Sainte-Barbe est en relation avec :

Effectifs

Chanoines et dignitaires Les informations concernant les chanoines et dignitaires sont en rouge sombre dans la frise

  • 6 chanoines (sans les dignitaires) entre 1055 - 1066 et 1127 - 1128

État actuel du site

  • Disparu

Documentation

Sources imprimées

  • Recueil des actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, éd. M. Fauroux, (Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, 36), Caen, 1961, n° 231 p. 245

Bibliographie

  • Gallia christiana, Paris, 1759, t. 11, col. 858

  • Des clercs au service de la réforme, dir. M. Arnoux, Brepols, Turnhout 2000, p. 11-20

  • L.-F. Du Bois, Histoire de la ville, du diocèse et de l'arrondissement de Lisieux, Durand, Lisieux, 1847, t. 1, p. 103, t. 2 p. 3, 152-153

  • H. de Formeville, Histoire de l'ancien évêché comté de Lisieux, Lisieux, 1873, t. 2 p. 43

  • J. Fournée, "Les chanoines réguliers dans l'ancien diocèse de Bayeux", dans Recueil d'études en hommage à Lucien Musset (Cahiers des Annales de Normandie, 23), Caen, 1990, p. 267

  • L. Musset, "Recherches surt les communautés de clercs séculiers en Normandie au XIe siècle", Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, t. 55, 1959-1960, p. 7, 30

Les informations en italique sont incertaines

Auteur(s) de cette notice: Vincent Tabbagh / Pascal Montaubin, le 30/7/2022
Pour citer cette fiche:
Vincent Tabbagh / Pascal Montaubin, « Fiche de la collégiale Saint-Martin puis Sainte-Barbe de Mézidon-Canon », Collégiales - Base des collégiales séculières de France (816-1563) [en ligne <http://vafl-s-applirecherche.unilim.fr/collegiales/?i=fiche&j=1066>], version du 30/7/2022, consultée le

logo du programme Col&MonUn projet financé par l'ANRlogo du LAMOP
Creative Commons License